Merci à Fleurenn de nous permettre de publier cette histoire, liée à l’un de ses tableaux.