Sébastien Félix ROPERS (1921-1943)

Sous un ciel éclatant en ce 27 juillet 1936, Sébastien, apprenti mécanicien au garage Louis COLIN situé sur la route de Lorient à Quimperlé, se presse pour rejoindre son lieu de travail. Après avoir terminé son repas chez ses parents, rue Thiers, il appréhende les réprimandes imminentes de son oncle, Mathurin BLEUZEN, le chef mécanicien du garage, qui ne tolère guère les retards.

Parcourant la ville à une allure soutenue, il quitte la place Nationale pour emprunter le pont du Bourgneuf, traversant ainsi la rivière Ellé. Malgré un accident mineur, il se réjouit tout de même d’avoir une excuse à présenter pour éviter les remontrances.

Union Agricole du Finistère du 27/07/1936

Sébastien Félix ROPERS vit le jour le 19 novembre 1921 à Quimperlé, dans le Finistère, au domicile familial situé rue Thiers. Il est le fruit de l’union entre Yves Jean Louis ROPERS, zingueur, et Anna Joséphine Marie PLEUVEN, que tout le monde appelle Marianne. Les personnes qui ont accompagné le père lors de la déclaration de naissance à la mairie sont Mathurin et Émile BLEUZEN, les frères d’Anna, la mère de Sébastien.
Il passe son enfance à Quimperlé, en famille, avec sa soeur Cécile, née en 1923, et son frère Jacques né en 1931.

Ropers Sébastien
Union Agricole et maritime du 26/11/1921
Yves, Anna, Sébastien et Cécile Ropers
Cécile, Sébastien et Jacques Ropers

À l’âge de 12 ans et demi, il décroche brillamment son Certificat d’Études avec mention bien. Il entame rapidement son apprentissage au garage Louis COLIN, situé route de Lorient, sous la direction de son oncle Mathurin Bleuzen. Sans difficulté, il est admis à sa première année de C.A.P mécanique en 1936. Durant cette même année, il révèle ses talents artistiques au Patronage Saint-Michel, où il se distingue par sa capacité à chanter « d’une voix chaude et nuancée le Tricot de laine de Botrel » et à jouer des pièces de théâtre : « Sébastien Ropers, pour son coup d’essai, a véritablement réussi un coup de maître en interprétant avec tant de vérité le rôle d’Yvonnick ».

Certificat d’Aptitude Professionnelle en poche, il décide de s’engager dans la marine. Sans doute sous les conseils de son cousin issu de germain, Raymond AUDREN, quartier-maître timonier, parrain de sa sœur Cécile. Il est affecté sur l’aviso « Arras » qui participe en 1940 à l’évacuation de troupes de Dunkerque. L’aviso se réfugie alors à Portsmouth où il est saisi par les britanniques. Le navire devient le bâtiment base des Forces Navales Françaises Libres et le dépôt des équipages dans le port de Porstmouth. Lire plus

Aviso "Arras"
 

Comme de nombreux marins réfugiés en Grande-Bretagne à l’époque, Sébastien choisit de s’engager dans les Forces Navales Françaises Libres aux côtés du Général de Gaulle. Sous le pseudonyme de « Brooks », il devient un maillon des marins de la France Libre, souvent en contact avec la résistance bretonne en raison de leur connaissance approfondie des côtes. Leur mission consiste principalement à assurer des services réguliers de transport pour les résistants et les aviateurs alliés, collaborant étroitement avec les réseaux clandestins. (source : Fondation de la France Libre). Il est plausible que ces activités aient motivé Sébastien à adopter le nom de code « Brooks ».

Sébastien est à droite - 5 mars 1941 - Aylesburry, au nord de Londres (England)

Comme beaucoup de ces marins, Sébastien est malheureusement atteint de tuberculose et est transféré au centre de convalescence de Highfield dans Grove Road à Beaconsfield. Ce centre est le sanatorium Laënnec où il décèdera le 20 août 1943 à l’âge de 21 ans. Lire plus. (source : The free french). À Beaconsfield, au nord de Londres, outre le sanatorium Laënnec, Butler’s Court et Westmorland House (pour les officiers) furent des maisons de convalescence. 34 français libres décèderont à Beaconsfield, dont 32 de tuberculose.

Sébastien fut d’abord inhumé au cimetière de Brookwood dans la parcelle « Free French », située dans la partie 29 du cimetière militaire. Elle comporte officiellement 244 tombes de français. Plusieurs dépouilles furent restituées plus tard aux familles, (source : Jean Maridor.org) notamment celle de Sébastien qui repose dans la tombe familiale au cimetière Saint-David de Quimperlé. .Sébastien ROPERS est inscrit sur le Monument aux Morts de Quimperlé ainsi que sur une plaque commémorative située place Charles de Gaulle.

Cimetière de Brookwood
Cimetière de Quimperlé (29)
place Charles de Gaulle
Monument aux Morts - Quimperlé

À l’instar de son oncle Félix, dont l’héroïsme a été évoqué dans l’épisode précédent, Sébastien Félix a également sacrifié sa vie au service de la France. Leurs noms sont gravés côte à côte sur le Monument aux Morts de Quimperlé, témoignant de deux destins tragiques, séparés par une période de trente ans.